Étiqueté : IA

Deep Learning, Machine Learning

Machine learning (apprentissage machine) et Apprentissage profond ou approfondi (Deep learning) sont deux composantes essentielles de l’intelligence artificielle. Alors que le Machine learning repose sur le fait que l’ordinateur reçoit des informations et les assimile (processus apprenant), le Deep Learning repose plutôt sur l’ordinateur qui appréhende les choses par lui-même (simulation d’un cerveau humain). Fondés sur des algorithmes sophistiqués, la principale différence qui les distingue est la structure de l’algorithme et des données qu’ils utilisent.

Le RDV annuel avec la courbe Hype Cycle

Au mois d’aout de chaque année, Gartner Inc. publie sa courbe Hype Cycle des technologies émergentes. En 2020 cinq nouvelles tendances technologiques majeures sont prévues occuper le devant de la scène médiatique. D’après les premières analyses, l’intelligence artificielle et l’identité numérique domineront sans partage le domaine des technologies qui impacteront notre société au cours de la décennie à venir.

Alan TURING

Alan Turing (1912-1954) est considéré comme « père de l’informatique et de l’intelligence artificielle » car il a illustré dans ses premiers travaux le concept de l’intelligence artificielle et des ordinateurs numériques programmables avant qu’ils n’existent. Il a surtout apporté une contribution significative au chiffrage/déchiffrage du code et a même été un acteur clé qui a aidé les Alliés à gagner la Seconde Guerre mondiale en brisant l’un des codes les plus difficiles de chiffrement allemand, le code ENIGMA, du nom de la machine électromécanique portable inventée par l’Allemand Arthur Scherbius pour le chiffrement et le déchiffrement de l’information.

Vannevar BUSH

Vannevar Bush est un ingénieur, scientifique et inventeur américain qui a apporté de nombreuses contributions à la science moderne. Il fut l’un des pionniers de l’Internet bien des décennies avant l’évolution de l’informatique moderne, de l’invention de l’hypertexte et du Web. Son œuvre phare est dans son projet Memex, un ordinateur analogique fictif qu’il décrit dans son célèbre article « As We May Think », publié en 1945 dans la revue The Atlantic Monthly.

L’ordinateur quantique

  Les ordinateurs quantiques ne ressemblent pas beaucoup aux ordinateurs de bureau qui nous sont si familiers : c’est un tout nouveau type de machines, capables de calculs très complexes. Selon le Financial Times du 20 septembre 2019, Google prétend avoir franchi un seuil critique de l’ingénierie quantique, appélé « suprématie quantique », en fabriquant une machine aux capacités bien supérieures à celles des ordinateurs classiques les plus puissants.

Le darwinisme numérique

Comme prolongement logique de la recherche dans les domaines des neurosciences et des nanobiologies, le Darwinisme digital, issu de l’écosystème marketing, marque un virage dans l’évolution du numérique intelligent par le biais des algorithmes génétiques et du Deep Learing. Il se veut une extrapolation de la théorie darwinienne de l’évolution des espèces sur celle des technologies numériques, se ressourçant dans le calcul évolutif et l’intelligence artificielle.

Les technologies NBIC

Les scientifiques envisagent depuis plusieurs décennies la possibilité d’une modification génétique humaine qui deviendrait de plus en plus crédible grâce aux développements du numérique et de la biotechnologie. Aujourd’hui encore, par le croisement entre nanotechnologie, biologie, informatique, et sciences cognitives, un domaine de recherche de pointe augure d’un changement sociétal de grande envergure : les technologies NBIC.

Industrie 4.0

Le terme Industrie 4.0 renvoie à la transformation significative que connaissent les entreprises dans leurs modes de production industrielle grâce au recours à une nouvelle catégorie de technologies numériques convergentes, collaboratves et intelligentes. Cette transformation est si profonde qu’elle a permis qu’on la qualifie d’Industrie 4.0 à l’image du Web 4.0 ou Web intelligent. Dans les deux cas, il s’agit d’écosystème informationnel et industriel dans lequel la personnalisation sera poussée à son paroxysme.

Courbe Hype Cycle 2018 de Gartner : nouvelles tendances

Au mois d’août de chaque année, la société de conseil Gartner Inc. publie dans son rapport sur les technologies émergentes de l’année, une courbe (Hype Cycle) qui donne l’état de visibilité et d’impact des technologies recensées. Pour 2018, de nouvelles technologies apparaissent au pied de la courbe, d’autres progressent vers de nouvelles phases qui les conduiront vers la stabilité finale du « plateau de la productivité ». A l’affiche cette année, des véhicules volants autonomes, des biopuces et des chaînes de blocs pour la sécurité des données !

Intelligence artificielle, est-on déjà à l’ère du Cyborg ?

L’intelligence artificielle, ou IA, combine plusieurs technologies qui stimulent les processus cognitifs humains. Son but est de faire faire par les machines des tâches que l’Homme accomplit en utilisant son intelligence.  L’IA intervient dans des domaines très divers comme la reconnaissance vocale, la traduction automatique, la robotique, les jeux vidéo. De nombreux outils, logiciels et gadgets numériques en sont déjà le produit. Avec une robotique en évolution, sommes-nous prêts pour l’ère de l’homme symbiotique et du Cyborg ?

Quel avenir pour l’Homme symbiotique ?

Quel avenir pour l’Homme cymbiotique ? Question de plus en plus étudiée en raison de l’intelligence exponentielle des machines informatiques qui sortent des laboratoires de l’industrie de pointe et du monde numérique. Joel de Rosnay le résulte dans une sorte d’homme du futur ni créature bionique ni surhomme, ni robot, mais plutôt un être de chair et de sentiments, associé dans une étroite symbiose à un organisme planétaire qu’il contribue à faire naître, bref un macro-organisme constitué par l’ensemble des hommes et de leurs machines, des nations et des grands réseaux de communication.